Asthme

L'asthme entraîne une inflammation chronique des voies respiratoires. Les symptômes typiques sont une toux irritative, le souffle court et une dyspnée (respiration diffficile).

L'homme fait son jogging dans la forêt d'automne

L'asthme – également l'asthme allergique ou l'asthme bronchique– repose sur une hypersensibilité des voies respiratoires. Les déclencheurs sont différents stimulus comme des allergènes, mais aussi le froid ou un effort physique. La maladie est incurable, mais peut être bien contrôlée.

Origines et déclencheurs

Le diagnostic «asthme» est généralement plus différencié aujourd’hui. On fait une distinction entre:

  • l’asthme allergique, lorsqu’un facteur déclenchant (allergène) a été détecté.
  • l’asthme génétique (ou congénital), p. ex. en cas de naissance extrêmement prématurée (maturité insuffisante des poumons) ou d'anomalie génétique.
  • l’asthme acquis, p. ex. chez les fumeurs et certains groupes professionnels (silicose).

Les déclencheurs de l’asthme sont principalement des allergènes, notamment ceux qui se propagent dans l’air comme les pollens, les spores de moisissures, les allergènes des acariens de la poussière domestique ou des animaux à fourrure. Certains aliments peuvent également déclencher l’asthme.

Chez les adultes, l’origine de l’asthme allergique peut également être liée aux substances avec lesquelles ils travaillent, p. ex. la poussière de farine chez les boulangers ou les fleurs chez les fleuristes. Les infections des voies respiratoires chez les petits enfants ou plus tard, chez l’adulte, peuvent mener à un asthme.

De nombreux renforçateurs non spécifiques (triggers) peuvent provoquer ou renforcer des crises d’asthme lorsque la personne présente déjà une réaction inflammatoire asthmatique.

Les soi-disant déclencheurs le sont:

  • Variations de température
  • Influences météorologiques, p. ex. brouillard, air froid
  • Infections virales et bactériennes, p. ex. rhume
  • Infections des voies respiratoires
  • Poussière, p. ex. caves, livres, lors du nettoyage, en faisant les lits
  • Odeurs fortes, parfums, parfum de fleurs
  • Fumée (tabac)
  • Polluants atmosphériques (ozone, gaz d'échappement)
  • Stress et émotions
  • Efforts physiques, p. ex. sport, rapports sexuels
  • Médicaments, p. ex. antidouleurs

Symptômes

  • Toux sèche persistante ou toux d’irritation, éventuellement expectoration de mucus clair et visqueux après un effort physique, lors d’une exposition au froid, après des infections ou une crise de fou rire
  • Toux nocturne
  • Sifflements, halètements à l'expiration
  • Étouffement (dyspnée)
  • Sensation d’oppression dans la poitrine

Le type de troubles et leur intensité varie individuellement. Parfois des symptômes isolés surviennent seulement pendant ou après des efforts physiques plus importants. On parle alors d’un asthme d’effort ou asthme induit par l'exercice.

Diagnostic

Chaque rétrécissement des voies respiratoires n’est pas nécessairement un asthme. Poser le diagnostic peut prendre un certain temps et exige de la patience de la part des personnes concernées. La présence de troubles pendant toute l’année indique un asthme chronique. En cas d’asthme saisonnier, les troubles asthmatiques se limitent à la saison pollinique. Le diagnostic est posé par un-e pneumologue ou un-e allergologue.

Traitement

Une fonction pulmonaire optimale et une vie sans trouble sont les objectifs les plus importants d’une bonne thérapie contre l’asthme. Il faut avant tout éviter ou réduire le contact avec l’allergène. Il faut donc d’abord identifier l’allergène ou le « trigger » (facteur déclenchant) et l’éliminer pour éviter ainsi les crises d’asthme. Des médicaments individuellement adaptés, ouvrant les voies respiratoires et inhibant l’inflammation, font aussi partie de la suite du traitement. Une bonne technique d’inhalation est importante.

Après une clarification approfondie, une immunothérapie spécifique est souvent conseillée en cas d’asthme allergique. Elle est considérée comme un traitement causal. Elle permet de former la réponse immunitaire de manière à ce qu’elle reste sans grande réaction au contact de l’allergène.

Trucs et astuces

Une bonne technique de respiration peut aider à gérer mieux et sans anxiété les efforts physiques et les crises d’étouffement aigües.

Il n’existe pas de climat idéal pour toutes les formes d’asthme. L’air sec, pauvre en allergènes et poussières des montagnes peut être avantageux pour les personnes réagissant aux pollens, aux acariens et autres impuretés dans l’air. Il faut éviter – si possible – les agents irritants comme la fumée de cigarettes, les gaz industriels et les parfums.

Des émotions fortes comme la colère, la peur, la joie ou le stress peuvent renforcer les troubles asthmatiques. Développer de bonnes stratégies pour gérer de telles situations en vaut donc la peine. Les exercices de respiration et les techniques de relaxation sont particulièrement recommandés.

Faits et chiffres

En Suisse, 12 % de tous les enfants et 6 %des adultes souffrent d'asthme.

Non traitée, une allergie pollinique peut mener à un asthme chez 30 % des personnes. On parle alors d’un changement d’étage.

Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique. Se référer aux sources pour les chiffres de prévalence.