Maladie cœliaque (intolérance au gluten)

La maladie cœliaque (ou intolérance au gluten) est une réaction auto-immune au gluten, un composant de différentes céréales.

Deux mains pétrissant une pâte

Environ 1 % de la population suisse souffre de la maladie cœliaque. Chez ces personnes, le gluten, la «colle protéinique» qui se trouve dans différentes céréales, endommage la muqueuse de l’intestin grêle. Une vie sans problème est généralement possible en s’alimentant sans gluten.

Origines et déclencheurs

Une prédisposition génétique joue un rôle essentiel dans le développement de la maladie cœliaque.

L’apport de gluten mène à un endommagement de la muqueuse de l’intestin grêle et à la dégradation des villosités intestinales (des replis muqueux), ce qui diminue la surface intestinale. L’absorption des nutriments comme les glucides, les lipides, les protéines, les vitamines et les minéraux est donc réduite et ils ne sont plus disponibles en quantité suffisante pour l’organisme. Ce déficit en nutriments peut entrainer des carences (p. ex. une carence en fer), avec les conséquences correspondantes (p. ex. une anémie).

Le terme de gluten est un terme regroupant les protéines qui se trouvent dans différentes céréales (blé, épeautre, seigle, orge, amidonnier, blé vert, kamut, engrain [petit épeautre] et triticale).

Symptômes

Les symptômes de la maladie cœliaque sont très divers. Il existe aussi des formes de la maladie cœliaque sans ou avec peu de symptômes manifestes.

Symptômes fréquents chez les petits enfants:

Perte de poids, absence d’appétit, diarrhée, ventre ballonné, arrêt de croissance, retard de développement, pleurs et irritabilité.

Symptômes fréquents chez les adolescents et les adultes:

Fatigue/épuisement, anémie, carence en fer et autres états de carence, diarrhée ou constipation, douleurs abdominales récurrentes, douleurs osseuses, perte de poids et de force, réduction des performances, problèmes de concentration, humeur dépressive, stérilité et naissances prématurées chez les femmes.

Diagnostic

Les anticorps spécifiques de la maladie cœliaque dans le sang (anticorps anti-transglutaminase tissulaire, anti-endomysium et anti-gliadines) doivent être mesurés en cas de suspicion de maladie cœliaque. Un autre examen diagnostique est généralement une gastroscopie avec prélèvement de tissu (biopsie) pour la confirmation de la maladie cœliaque.

Une intolérance au lactose ou une ostéoporose peuvent apparaître comme conséquence d’une maladie cœliaque restée (longtemps) inaperçue.

Traitement

Le seul traitement connu de la maladie cœliaque est de s'alimenter strictement sans gluten une vie durant. Si elles évitent le gluten, les personnes concernées peuvent généralement avoir une vie saine et sans problème.

Les aliments à éviter strictement sont:

blé, seigle, orge, épeautre, kamut, blé vert, amidonnier, triticale, engrain (petit épeautre) et tous les aliments fabriqués sur leur base (p. ex. pain, biscuits, pâtes, sauces à base de farine, etc.).

Des petites quantités d’avoine sans gluten (non contaminé par du blé, du seigle, de l’orge ou de l’épeautre) sont autorisées chez la plupart des personnes concernées. Le médecin de famille ou le gastroentérologue peuvent vous donner plus d’informations à ce sujet.

Les aliments sans gluten sont:

pommes de terre, maïs, riz, sarrasin, quinoa, amarante, millet, teff et légumineuses.

Les aliments non préparés comme la viande, le poisson, les œufs, le lait et les produits laitiers, les légumes, les fruits, les huiles végétales et le sucre conviennent également.

Lire la déclaration des produits finis est important. Elle doit clairement mentionner si le produit contient du gluten.

Un large assortiment d’aliments spéciaux sans gluten est disponible sur le marché. Les personnes concernées peuvent s’orienter à l’aide du label de qualité Allergie (recommandé par aha! Centre d’Allergie Suisse) et le symbole «sans gluten» (épi barré).

Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique. Se référer aux sources pour les chiffres de prévalence.