Immunothérapie allergénique (désensibilisation)

Contrairement au traitement médicamenteux des symptômes allergiques, l’immunothérapie allergénique cible l'origine de l'allergie.

Un prick test est effectué sur le bras d'un patient

Table des matières:

La désensibilisation (ou immunothérapie allergénique ou hyposensibilisation) est jusqu’à ce jour la seule thérapie causale pouvant mener à l’absence totale de symptômes pour certaines allergies. La thérapie exige une clarification détaillée par un-e spécialiste.

Le mal pris à la racine

Des médicaments efficaces peuvent aider à réduire les symptômes allergiques. Une autre option thérapeutique s’ouvre pour certaines allergies: l’immunothérapie allergénique ou désensibilisation. Cette thérapie appliquée depuis plus de 100 ans et continuellement optimisée permet de traiter l’origine de l’allergie. Les troubles sont généralement fortement réduits voire disparaissent complètement.

Traitement

L’immunothérapie allergénique est réalisée lorsque la personne souffre de troubles allergiques en relation avec une allergie pollinique, une allergie aux acariens de la poussière domestique ainsi qu’en cas d’allergie aux animaux et aux moisissures. Son objectif est d’habituer lentement le corps à l’allergène par le «développement d’une tolérance». Autrement dit, le système immunitaire est influencé de manière à ne plus «sur-réagir» lorsqu’il est confronté à l’allergène.

La désensibilisation sauve souvent la vie en cas d’allergie au venin d’insectes et est donc absolument recommandée.

L’immunothérapie allergénique est prescrite par un-e allergologue. Le médecin traitant ou le pédiatre expérimentés dans ce domaine peuvent administrer le traitement. Deux méthodes sont disponibles: une dose croissante des allergènes correspondants est soit injectée sous la peau (ITSC) ou prise sous forme de comprimé ou encore de gouttes placées sous la langue (ITSL).

Une désensibilisation est réussie lorsque les troubles diminuent fortement ou, dans le meilleur des cas, disparaissent totalement.

Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique. Se référer aux sources pour les chiffres de prévalence.