Intolérance à l‘histamine

Les personnes avec intolérance à l'histamine ne dégradent plus suffisamment l’histamine produite par le corps et apportée par les aliments.

Vin, pain et assiette avec viande et fromage

Il s'agit probablement d'un déséquilibre entre l'offre et la métabolisation de l'histamine. Ce déséquilibre entraine de nombreux symptômes pouvant être traités en première ligne par une alimentation pauvre en histamine. Les symptômes étant très divers, il est important d'exclure différents diagnostic d'abord.

Origines et déclencheurs

L’histamine appartient au groupe de amines biogènes. Il s’agit de substances biologiquement actives qui assument des fonctions importantes dans l’organisme. Elles servent p. ex. de substance messagère en cas de réaction allergique, elles régulent la pression artérielle et influencent les mouvements gastro-intestinaux.

L’origine de l’intolérance à l’histamine n’a pas encore été élucidée. On suppose que la maladie est provoquée par un déséquilibre entre l’offre en histamine et une faible activité des enzymes de métabolisation de l’histamine, la diamine oxydase (DAO) et l’histamine-N-méthyltransférase (HNMT).

Le déclencheur principal des troubles est un apport élevé d’histamine via l’alimentation.

L’histamine se trouve en concentrations diverses tant dans les aliments d’origine animale que d’origine végétale. Les processus de maturation et de fermentation influencent le taux d’histamine. Plus les aliments ou le plat sont frais, mieux il est généralement toléré.

Symptômes

Le tableau clinique de l’intolérance à l’histamine comprend de nombreux symptômes. Ils sont souvent non spécifiques et apparaissent principalement pendant et après les repas.

Les symptômes suivants sont typiques:

  • rougeur soudaine (flush)
  • démangeaisons et rougeurs sur le corps
  • troubles digestifs comme nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales
  • chute de tension, vertiges, tachycardie
  • chez la femme: troubles menstruels
  • nez qui coule, rhume chronique
  • maux de tête, migraine
  • yeux rouges, gonflement des lèvres.

Diagnostic

Il n’existe malheureusement pas de test incontestable pour le diagnostic. Des analyses sanguines et / ou d’urine sont souvent recommandées pour déterminer la diamine oxydase ou l’histamine dans le sang. Ces méthodes n’ont pas montré de pertinence scientifique et ne sont donc pas recommandées pour le diagnostic.

Puisque les symptômes ne sont pas spécifiques, il faut d’abord exclure des allergies et des intolérances alimentaires comme l’intolérance au lactose, la maladie cœliaque ou la malabsorption du fructose et d’autres maladies aux symptômes similaires. Tenir un journal alimentation-symptômes peut offrir des indications importantes.

Si la suspicion d’une intolérance à l’histamine persiste, on peut essayer de suivre une alimentation pauvre en histamine pendant 10 à 14 jours encadré par un ou une nutritionniste. La suspicion d’une intolérance à l’histamine est confirmée si les symptômes s’améliorent pendant cette période.

S’il n’y a pas d’amélioration des troubles avec l’alimentation pauvre en histamine, il est fort probable que vous ne souffrez pas d’une intolérance à l’histamine. L’alimentation pauvre en histamine peut alors être abandonnée.

Traitement

Si le diagnostic d’une intolérance à l’histamine n’est pas confirmé, voire posé suite à l’alimentation pauvre en histamine, il faut d’abord déterminer la tolérance individuelle des aliments contenant de l’histamine. Pour ce faire, l’apport sera progressivement augmenté, idéalement avec le soutien d’un ou une nutritionniste.

Une alimentation strictement sans histamine n’est pas nécessaire. L’enzyme diamine oxydase peut être prise comme soutien peu avant le repas.

Prendre un antihistaminique peut être judicieux en cas de troubles importants, mais ceci doit être discuté avec le médecin compétent.

Liste des aliments

Aliments riches en histamine

De nombreuses listes d’aliments sont disponibles sur Internet ou dans des livres. Mais il n’existe que peu de données de mesure scientifiques sur la teneur en histamine des aliments. Ceci est dû au fait que cette teneur est influencée par divers facteurs et varie donc fortement. En outre, la quantité absorbée de l’aliment contenant de l’histamine et le seuil de tolérance individuel jouent un rôle important pour les symptômes.

Les aliments à éviter d’une manière générale sont ceux ayant subi un processus de fermentation ou de maturation, p. ex. avec de l’alcool, du vinaigre, de la levure et des bactéries. Il s’agit notamment de conserves, de produits finis, de produits semi-finis, de vin, d’aliments tempérés ou réchauffés et de produits de longue conservation. Plus un produit est périssable et plus sa teneur en protéines est élevée, plus il est important qu’il soit cuisiné frais.

Cela vaut, par exemple, pour:
 

Viande

Tout type de charcuterie comme saucisse, cervelas, charcuterie en tranches, salami, viande des Grisons, mostbröckli, jambon cru, jambon, jambon fumé, gendarme, etc.

Poisson

Sous forme de conserve, mariné, salé ou séché, thon (frais également), maquereau, sardines, anchois, hareng, fruits de mer.

Fromages

Toutes les sortes de fromage à pâte dure ou molle, fromages fondus (le fromage suisse contient nettement moins d’histamine et est généralement bien toléré).

Légumes

Choucroute, épinard, tomate, jus de tomate, ketchup, aubergine, avocat. 

Outre les aliments riches en histamine, les aliments dits libérateurs d’histamine peuvent également entraîner des troubles, p. ex. les agrumes, les fraises et le chocolat, de même que d’autres amines biogènes comme les bananes ou les légumineuses.

Alternatives bien tolérées

Sauf quelques exceptions, les aliments frais et non traités ne contiennent que de faibles quantités d’histamine et sont donc bien supportés.

Cela vaut, par exemple, pour:
 

Viande

Viande fraîche non préparée ou viande congelée, volaille comme Plätzli, côtelettes, émincé, haché, filet, etc.

Poisson

Poissons frais non préparés ou congelés, p. ex. morue, truite, etc.

Produits laitiers

Fromages frais p. ex. cottage cheese, séré et autres produits laitiers comme le lait.

Légumes / Fruits

Tous les fruits et légumes non précités, frais et non préparés ou congelés.

Faits et chiffres

Un pour cent environ de la population suisse est touchée par l'intolérance à l'histamine.

Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique. Se référer aux sources pour les chiffres de prévalence.