Réactions croisées

Souvent, la personne qui réagit au pollen d'arbres, aux acariens, aux animaux ou au latex, ne supporte pas non plus certains aliments à cause d’une réaction croisée.

Kiwis

Les réactions croisées à des aliments sont dues à la structure similaire des allergènes polliniques et alimentaires qui fait que le système immunitaire les «confond». Il se produit alors une réaction croisée. Les personnes concernées ne ressentent en général que des troubles bénins, des démangeaisons, des rougeurs ou de légers gonflements au niveau de la bouche ou de la gorge.

Origines et déclencheurs

Dans cette allergie alimentaire secondaire, on assiste d’abord à une sensibilisation par voie respiratoire (nez, poumons) p. ex. au pollen de bouleau. La structure similaire de l’allergène pollinique et de certaines protéines dans les fruits, les légumes ou les noix mène à une confusion. Le système immunitaire réagit soudain à des aliments. Une telle réaction croisée est fréquente: elle touche 70 % des personnes allergiques au pollen d’arbres.

Deux réactions croisées sont particulièrement fréquentes: les syndromes «pollen de bouleau-noix-fruit à pépins» ou «armoise-céleri-épices».

D’autres allergènes des voies respiratoires comme le latex (caoutchouc naturel), les allergènes d’origine animale (chats, oiseaux) ou les acariens peuvent également entraîner des réactions croisées à des aliments.

Réactions croisées typiques:

Pollen de bouleau, d’aune, de noisetier (janvier–avril)

Fruits à pépins / noyaux (pommes, poires, prunes, abricots, cerises, etc.), noisettes, noix, amandes, tomates, carotte, céleri, mangue, avocat, fenouil, kiwi, litchi
 

Pollen d’armoise (Artemisia) (juillet–août)

Céleri, carottes, fenouil, artichaut, camomille, poivre, moutarde, aneth, persil, coriandre, cumin, anis, graines de tournesol
 

Acariens de la poussière domestique

Crevettes, homard, langouste, écrevisse, escargot
 

Latex

Avocat, banane, châtaigne (vermicelles, marron), kiwi, papaye, figue, poivron
 

Plumes d’oiseau

Œuf de poule (jaune d’œuf)
 

Symptômes

Les symptômes typiques sont des picotements au niveau du palais, une sensation de brûlure et des démangeaisons dans la bouche et sur les lèvres ou un gonflement du visage. On parle ici du syndrome d’allergie oral. Normalement, les symptômes disparaissent rapidement.

Traitement

Il suffit de ne plus manger ce qui cause des problèmes. La mise en œuvre exige toutefois un peu d’exercice: certains allergènes sont par exemple détruits lorsque l’aliment est cuit et l’aliment peut donc de nouveau être mangé. La personne supporte également souvent de petites quantités de l’aliment. En outre, certains aliments sont mieux tolérés en dehors de la saison pollinique.

Des médicaments antiallergiques comme des antihistaminiques peuvent aider si la personne mange quand même quelque chose qui cause problème.

Parfois, la désensibilisation d’une allergie pollinique permet d’apaiser en même temps l’allergie alimentaire.

Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique. Se référer aux sources pour les chiffres de prévalence.