Allergie pollinique (rhume des foins)

L'allergie pollinique est l'allergie la plus fréquente sous nos latitudes. Les personnes concernées réagissent à une ou plusieurs sortes de pollens, généralement de graminées.

Printemps, buisson en fleurs, femme qui se mouche

Les symptômes typiques du rhume des foins sont une rhinite, des crises d’éternuement et des yeux larmoyants. L'allergie apparaît rarement avant l'âge de trois ans. Les troubles débutent généralement à l'âge scolaire. Seules 20 des 3500 plantes que l'on trouve en Suisse sont pertinentes pour les personnes avec une allergie pollinique.

© by aha! Allergiezentrum Schweiz - Infos zu Allergien - Pollenallergie - Pollenchaos - Heuschnupfenerklärvideo

Chaos pollinique – une vidéo éducative sur le rhume des foins

Faire du vélo avec les yeux qui pleurent? Se faire couper les cheveux avec des crises d’éternuements? Une allergie pollinique non traitée complique de nombreux aspects de la vie quotidienne. Notre film explique ce qui aide et où trouver des conseils.

Voir la vidéo

 

Déclencheurs

L’allergie pollinique (rhume des foins, allergie au pollen, rhinite allergique, rhinite saisonnière), dont la prédisposition est souvent héréditaire, est une réaction à un ou plusieurs types de pollen. Il s’agit d’une réaction du système immunitaire à des protéines en soi inoffensives des pollens. L’inhalation ou le contact direct avec le pollen provoque une libération d’histamine et d’autres substances chez l’allergique qui mène à une inflammation de la conjonctive des yeux et de la muqueuse nasale.

Les trois groupes principaux pouvant déclencher une allergie pollinique sont

  • Arbres: noisetier, aulne, frêne, bouleau, charme, chêne
  • Graminées: p. ex. fléole des prés, dactyle aggloméré, raygrass anglais
  • Herbes: armoise, ambroisie

Symptômes

Le rhume des foins peut provoquer les symptômes suivants: crises d’éternuement, écoulement nasal (rhinite), nez bouché, respiration nasale difficile, yeux rougis, irrités et larmoyants (conjonctivite), démangeaisons au niveau du palais, du nez et des oreilles, enrouement, toux irritative. Le mucus accumulé dans les sinus paranasaux peut induire des douleurs dans la mâchoire et des maux de tête. Une allergie pollinique non traitée pendant une plus longue période peut se développer en asthme allergique. On parle alors de changement d’étage.

Diagnostic

Le diagnostic est posé à l’aide d’une anamnèse détaillée, d’un test cutané et d’une analyse sanguine. Des symptômes similaires peuvent apparaître en cas d’allergie aux acariens, aux moisissures ou aux animaux. Les différences se situent surtout au niveau de l’endroit et du moment d’apparition des troubles. Bien observer les troubles est donc payant.

Traitement

Différents médicaments disponibles sous forme de spray nasal, de collyre ou de comprimés / gouttes peuvent être utilisés pour traiter les symptômes d’une allergie pollinique. Les antihistaminiques, les corticostéroïdes (préparations à base de cortisone), les antagonistes des leucotriènes et les stabilisateurs de mastocytes sont les groupes de principes actifs les plus importants. Vous trouverez plus d’informations sur ces groupes de principes actifs et leurs mécanismes d’action sur la page «Traitement de l’allergie pollinique». L'immunothérapie allergénique ou désensibilisation est à ce jour le seul traitement causal possible d’une allergie pollinique. Elle exige une clarification allergologique par un médecin spécialiste. Certaines thérapies de la médecine complémentaire peuvent également soulager les symptômes avec succès. La forme thérapeutique appropriée doit être déterminée avec le thérapeute correspondant.

Trucs et astuces

Qui sait quand volent les pollens peut mieux y échapper. Vous trouverez des informations exactes sur le vol des pollens en Suisse sur notre site web www.pollenetallergie.ch ou notre application «Pollen-News». Le site www.polleninfo.org publie les données sur les vols de pollens en Europe dans différentes langues.

Pour réduire les troubles:

Aérer uniquement brièvement pendant la saison pollinique; aérer à fond pendant les périodes pluvieuses ou lorsque des protections anti-pollen sont placées sur les fenêtres.

  • Aspirer quotidiennement. Utiliser un aspirateur avec filtre HEPA ou un modèle sans filtre certifié.
  • Nettoyer régulièrement les tapis et les meubles.
  • Installer un filtre à pollen dans la voiture et bien l’entretenir.
  • Porter des lunettes de soleil à l’extérieur
  • Se laver les cheveux le soir, afin de réduire ainsi la quantité de pollen «emportée» au lit.
  • Ne pas se déshabiller dans la chambre à coucher
  • Ne pas sécher le linge à l’extérieur.
  • Se rincer le nez matin et soir avec un spray d’eau de mer ou une solution d’eau salée (physiologique).
  • Porter un filtre antipollen nasal ou un masque (FFP3).
  • Limiter les séjours à l’air libre par beau temps venteux et lorsque la concentration de pollens est plus élevée.
  • Adapter les activités en plein air au vol pollinique: pratiquer des sports indoor, aquatiques, etc.
  • Tenir compte des vols de pollens actuels lors du choix de la destination des vacances.
  • Renoncer aux aliments non tolérés en cas de réactions croisées associées au pollen.
  • Éviter la fumée de tabac (tabagisme actif ou passif), car l’irritation continue des voies respiratoires par la fumée augmente la sensibilité des muqueuses au pollen.

Faits et chiffres

En Suisse, 20 % de la population souffrent d’une allergie pollinique. La plupart (70 %) réagissent aux graminées. La floraison d’une seule graminée contient environ 4 millions de pollens de fleurs. Les pollens du sapin ou de l’épicéa, bien visibles sous forme de poussière jaune au printemps, ne sont que rarement allergisants. Seules quelques rares personnes y réagissent. Étant donné la grande quantité de pollens, ils peuvent toutefois provoquer une irritation de la conjonctive.

Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique. Se référer aux sources pour les chiffres de prévalence.

Cette prestation est soutenue par