Emballage coque avec des médicaments - Allergie médicamenteuse - aha! Centre d'Allergie Suisse - Info allergies - © Bild: Nenov Brothers / Fotolia

La plupart des effets secondaires allergiques sont relativement bénins. Une allergie ou une intolérance est également possible. Les déclencheurs principaux sont les antibiotiques et certains antidouleurs.

Causes et facteurs déclencheurs d’une allergie ou intolérance à des médicaments

Un tiers seulement de ces réactions sont des allergies ou des réactions d’intolérance. Certaines classes de médicaments entraînent plus fréquemment des réactions allergiques, notamment les antibiotiques (p. ex. la pénicilline), les antiépileptiques et les antidouleurs (p. ex. l’acide acétylsalicylique). Malheureusement, une réaction allergique à un médicament est difficilement prédictible. Prédire quelle personne sera à risque de développer une allergie médicamenteuse est généralement impossible. Les personnes déjà allergiques (p. ex. au pollen) ne présentent pas un risque plus élevé que les personnes sans allergie. On sait toutefois que les personnes souffrant d'un asthme grave ou d’urticaire tolèrent moins bien les antidouleurs. Il s’agit en fait d’une intolérance qui survient principalement lorsque les médicaments contiennent de l’acide acétylsalicylique.

Symptômes

Les réactions allergiques peuvent être du type immédiat, les troubles apparaissant déjà quelques minutes après la prise du médicament, ou du type tardif. Les troubles liés à une réaction allergique tardive apparaissent avec un retard de plusieurs jours ou même de plusieurs semaines.

Il existe aussi des réactions non déclenchées par un mécanisme immunologique appelées intolérance ou pseudo-allergie.

Réactions allergiques du type immédiat

  • rougeurs
  • urticaire
  • gonflements de la peau ou des muqueuses (angio-œdème)
  • symptômes de type rhume (rhinite)
  • troubles respiratoires

Réactions allergiques du type tardif

  • manifestations cutanées de type rougeole (exanthème maculopapuleux) avec de fortes démangeaisons et partiellement une formation de cloques (forme bulleuse)
  • rougeurs parfois douloureuses avec infiltrations de sang (pétéchies)
  • sensation générale de maladie avec fièvre et abattement.

Diagnostic et diagnostic différentiel

Le médecin traitant doit toujours être informé lorsque des effets secondaires surviennent. Noter les symptômes et tous les médicaments pris auparavant (même ceux achetés sans ordonnance et les remèdes naturels) est utile pour le médecin traitant. Une photo de la réaction cutanée au moment de la phase aiguë peut également être utile.

Reconnaître directement la cause des différents effets indésirables liés aux médicaments est souvent difficile et identifier la substance responsable dans une liste parfois longue des médicaments pris par la personne est un véritable défi. De plus, le retard éventuel entre la prise et la réaction complique encore plus le diagnostic.

La décision d’éviter dorénavant strictement un médicament ou tout un groupe de substances ne devrait pas être prise uniquement sur la base de ce qui s’est passé, mais reposer sur un diagnostic détaillé. Les tests de clarification devraient être réalisés au plus tôt quatre à huit semaines après la réaction. Ceci parce qu’il est fréquent que les cellules ayant participé à la réaction ne se soient pas encore entièrement rétablies pendant ce laps de temps. Les clarifications peuvent être faites jusqu’à six mois après la disparition des symptômes. Des tests cutanés et sanguins permettent de déterminer l’origine des troubles. Parfois, une provocation avec un médicament ou une préparation alternative s’impose également. Les préparations destinées à remplacer le médicament déclencheur peuvent aussi être testées.

Thérapie et traitement

En cas de réaction indésirable après la prise d’un médicament, la première mesure à prendre est d’arrêter le médicament. Ceci doit être fait en accord avec le médecin traitant. Des médicaments antihistaminiques et des préparations à base de cortisone sont souvent utilisés pour traiter les réactions allergiques. En cas de réaction anaphylactique, il faut faire appel au médecin d’urgence et, lorsque disponible, administrer de l’adrénaline en cas de réaction sévère. Le type de réaction, le déclencheur et les substances avec réactions croisées doivent être enregistrés dans le passeport d’allergie, de même que les alternatives tolérées. Le passeport d’allergie est délivré par le médecin et est très important pour la sécurité du patient lors de l’administration de futurs traitements.

Mobiles et en toute sécurité en déplacement: voilà ce que sont les personnes touchées par des allergies et des intolérances grâce à l'application «PasseportAllergie». L’application numérique «PasseportAllergie» permet aux personnes touchées par des allergies et des intolérances de créer un profil sur leur smartphone ou leur tablette qui contient des données pertinentes à ce sujet.


Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique.
 

aha! Centre d'Allergie Suisse aide

  • D'autres brochures et fiches d'information – pour commander ou télécharger – dans l'aha!shop.
  • Nos autres applis pour Smartphones: e-symptoms, Pollen-News, PasseportAllergie
  • Camps d’enfants aha! (8 à 12 ans) ou aha!jugendcamp (Camp pour ados aha!, âgé de 13 à 16 ans) destinés aux enfants atteints d'une allergie, d'asthme, de dermatite atopique, d'une intolérance alimentaire, de psoriasis ou vitiligo
  • Formation et cours en français sur le thème «Ezéma (dermatite) atopique»
  • Votre avis nous intéresse! Ou souhaitez-vous échanger avec d’autres personnes concernées: Consultation et échange

Aidez-nous

  • Vos dons nous permettent de proposer des services importants aux personnes atteintes. Nous utilisons efficacement le soutien que vous nous offrez. Nous vous en remercions.