Intolérance à l‘histamine, aha! Centre d'Allergie Suisse; Image: ©  Fotolia_15009095_XS@nt/fotolia

Un pour cent environ de la population suisse est touchée par l'intolérance à l'histamine. Il s'agit probablement d'un déséquilibre entre l'offre et la métabolisation de l'histamine. Ce déséquilibre entraine de nombreux symptômes différents pouvant être traités en première ligne par une alimentation pauvre en histamine.

Origines et déclencheurs

L'on suppose que l'intolérance à l'histamine est provoquée par un déséquilibre entre l'offre en histamine et une faible activité des enzymes de métabolisation de l'histamine, la diamine oxydase (DAO) et l'histamine-N-méthyltransférase (HNMT). Ce trouble de la métabolisation est dû à différents facteurs encore analysés actuellement.

Le déclencheur principal des troubles est un apport élevé d'histamine via l'alimentation. L'histamine se trouve en concentrations diverses tant dans les aliments d'origine animale que d'origine végétale. Le corps produit également de l'histamine. L'histamine joue ainsi un rôle important comme substance messagère en cas de réactions allergiques. Toutefois, cette histamine endogène n'a probablement pas d'influence sur l'intolérance à l'histamine. 

Symptômes

Le tableau clinique de l'intolérance à l'histamine comprend de nombreux symptômes. Ces symptômes souvent non spécifiques apparaissent principalement pendant et après les repas. Les symptômes suivants sont typiques:

  • rougeur soudaine (flush)
  • démangeaisons et rougeurs sur le corps
  • troubles digestifs comme nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales
  • chute de tension, vertiges, palpitations
  • chez la femme : troubles menstruels
  • nez qui coule, rhume chronique
  • maux de tête, migraine
  • yeux rouges, lèvres gonflées

Diagnostic

Il n'existe pas de critères clairs pour le diagnostic d'une intolérance à l'histamine. Il faut d'abord exclure des allergies alimentaires ainsi que des réactions au lactose, gluten ou fructose et d'autres maladies gastro-intestinales. Si la suspicion d'une intolérance à l'histamine persiste, il est recommandé de suivre une alimentation pauvre en histamine pendant 10 à 14 jours. Une amélioration des symptômes pendant cette période peut indiquer une intolérance à l’histamine.

La détermination de la diamine-oxydase ou de l'histamine dans le sang n'a pas montré de pertinence scientifique et n'est donc pas recommandée pour le diagnostic.

Traitement / thérapie

Tout d'abord, il faut envisager une alimentation pauvre. Le changement d'habitudes alimentaires a lieu en trois étapes:

  1. alimentation strictement pauvre en histamine pendant 10 à 14 jours
  2. phase de test avec réintroduction ciblée d'aliments riches en histamine, afin d'évaluer la tolérance individuelle pendant six semaines
  3. durablement ensuite, une alimentation couvrant les besoins, qui s’oriente sur la tolérance individuelle de chaque personne. L’enzyme diamine oxydase peut être prise comme soutien au besoin.

Une alimentation strictement pauvre en histamine doit être respectée pendant quatre à six semaines pour pouvoir découvrir dans quelle mesure les symptômes peuvent être soulagés par une alimentation pauvre en histamine.

Des aliments riches en histamine

Les aliments suivants sont à éviter d'une manière générale:

Produits de fermentation ou de maturation (p. ex. tout ce qui contient de l'alcool, du vinaigre, de la levure et des bactéries), conserves, produits finis, produits semi-finis, aliments tempérés ou réchauffés, produits de longue conservation. 

Plus les denrées sont périssables et plus elles contiennent de protéines, plus il est important de préparer des repas frais. 

Viande: tout type de charcuterie comme saucisse, cervelas, Mettwurst, Le Parfait, charcuterie en tranches, salami, viande séchée des Grisons, Mostbröckli, jambon cru, jambon cuit, jambon fumé, Landjäger etc. 

Poisson: thon, maquereau, sardines, anchois, hareng, dorades tropicales (Mahimahi); ces poissons sous forme de conserves, marinés, salés ou séchés; fruits de mer, sauce de poisson

Fromage: toutes les sortes de fromage à pâte dure ou molle et les fromages fondus

Légumes: choucroute, épinards, tomates, jus de tomates, ketchup, aubergines, avocats

Des alternatives bien supportées

Les aliments suivants sont des alternatives bien supportées: 

Repas préparés avec des matières premières fraiches, non traitées ou moins fortement traitées. Préparation en douceur, afin de préserver les vitamines (particulièrement la vitamine C). Refroidissement rapide des restes et congélation; décongélation rapide pour une utilisation directe. 

Viande: viande fraiche ou congelée et volaille comme Plätzli, côtelettes, émincé, haché, filet, etc. 

Poisson: poissons frais ou congelés, p. ex. morue, truite, etc. 

Produits laitiers: fromages frais p. ex. cottage cheese, séré et autres produits laitiers comme le lait, le yoghourt et la crème.

Légumes: tous les légumes non cités plus haut, frais ou congelés.
 

Rédaction: Élaboré par le service de conseil en nutrition, UniversitätsSpital Zürich
 

aha! Centre d'Allergie Suisse aide

  • D'autres brochures et fiches d'information – commander ou télécharger – dans l'aha!shop.
  • Connaissez-vous déjà nos applications pour Smartphones: Info asthme, e-symptoms, Pollen-News, PasseportAllergie?
  • Camps d’enfants aha! (8 à 12 ans) ou aha!jugendcamp (Camp pour ados aha!, âgé de 13 à 16 an, à Klosters) destinés aux enfants atteints d'une allergie, d'asthme, de dermatite atopique, d'une intolérance alimentaire, de psoriasis ou vitiligo.
  • Formations et cours sur les thèmes suivants, voir la page allemande«Anaphylaxie», «Ezéma atopique (névrodermite, neurodermatite)» (à Lausanne et Genève); pour autres formations comme par exemple «Allergie, Asthma und chronische Bronchitis» (à Zurich).
  • Votre avis nous intéresse! Ou souhaitez-vous échanger avec d’autres personnes concernées? Consultation et échange.

Aidez-nous

  • Vos dons nous permettent de proposer des services importants aux personnes atteintes. Nous utilisons efficacement le soutien que vous nous offrez. Nous vous en remercions.

Autre source d'information

La page internet www.histaminintoleranz.ch