Communiqué de presse, 27 mars 2019

Les temps sont durs pour les personnes souffrant du rhume des foins: après le noisetier, voilà maintenant que les pollens du bouleau s’élancent, plus tôt que d’habitude, et ce jusqu’en mai. Ils sont petits et très agressifs. aha! Centre d’Allergie Suisse donne des conseils et balaie les mythes entourant l’allergie pollinique.

Le noisetier a débuté sa floraison tardivement, par contre le bouleau, lui, commence plus tôt: les températures douces en février et mars ont stimulé le développement rapide de la végétation. Avec comme conséquence que «la saison du pollen de bouleau démarre pratiquement une semaine plus tôt que la moyenne pluriannuelle», nous explique Regula Gehrig, biométérologue chez MétéoSuisse. Les pollens de bouleau sont déjà dans l’air des basses altitudes du versant nord des Alpes et le Tessin depuis le week-end. Avec le beau temps qui s’installe, les personnes allergiques au pollen doivent donc bientôt s’attendre à des concentrations moyennes à fortes, partout sur le Plateau. Les pollens du frêne et du charme s’y ajouteront et viendront aussi nous chatouiller le nez; leur concentration augmentera également. Mais il y a quand même une bonne nouvelle: la saison du noisetier et de l’aulne touche à sa fin, dans les montagnes aussi.

Encore une année record comme en 2018?
Les experts s’attendent-ils de nouveau à une année exceptionnelle pour le pollen de bouleau comme en 2018? Selon Regula Gehrig, 2018 fut l’année avec la plus forte concentration depuis le début des mesures en Suisse romande et dans le Tessin, et une année «très forte» en Suisse alémanique. «Puisque le bouleau connaît des cycles physiologiques et forme donc particulièrement beaucoup de pollens tous les deux ans, nous partons actuellement d’un vol de pollens moins fort», explique Regula Gehrig. 

Le rhume des foins est pénible – et non anodin
Le pollen de bouleau est toutefois très allergénique: 70 grains de pollen de bouleau seulement dans un mètre cube d’air suffisent déjà pour provoquer des réactions. Avec les pollens de graminées, il appartient aux plus fréquents déclencheurs du rhume des foins. De nombreuses personnes en Suisse ont maintenant les yeux larmoyants, le nez qui coule et des démangeaisons au niveau du palais et des oreilles. Un état pénible et qui n'est pas anodin comme on le pense souvent. Sonja Hartmann, experte de aha! Centre d’Allergie Suisse précise: «Une allergie pollinique n’est pas une bagatelle. Si elle n’est pas traitée correctement, elle peut dégénérer en asthme.» C’est pourquoi le rhume des foins doit être diagnostiqué et traité par l’allergologue, souvent par des antihistaminiques sous forme de gouttes, de spray ou de comprimés, parfois en association à de la cortisone. L’origine de l’allergie pollinique peut aussi être traitée avec une désensibilisation.

Bien se comporter pour moins souffrir
En plus du traitement médicamenteux, la personne allergique peut également s’aider elle-même grâce à quelques trucs et astuces destinés à réduire le contact avec le pollen: aérer brièvement, se laver les cheveux avant de se coucher, ne pas sécher le linge à l’extérieur, ne pas rester trop longtemps dehors en cas de beau temps venteux et toujours porter des lunettes de soleil à l’extérieur. 

Celui qui surveille aussi la concentration pollinique du moment peut planifier intelligemment son excursion et, par exemple, aller en montagne où les concentrations sont généralement inférieures. «Contrairement à ce que l’on croit généralement, on trouve aussi des pollens dans les régions plus élevées, même à des altitudes dépassant les 2'000 mètres», explique Sonja Hartmann et balaie ainsi un autre mythe. L’explication est simple: lorsque l’air chaud monte, les grains minuscules parviennent dans les couches supérieures et sont transportés sur de très longues distances par le vent. «On mesure ainsi des pollens de bouleau dans les montagnes bien que le bouleau ne fleurisse que sur le Plateau», dit l’experte. Elle recommande de consulter régulièrement la situation pollinique locale sur le site Web www.pollenetallergie.ch.

aha! Centre d’Allergie Suisse aide

Contact
Bettina Jakob
Responsable Communication et médias
aha! Centre d’Allergie Suisse
Scheibenstrasse 20
3014 Berne
Tel. +41 31 359 90 45
bettina.jakob@aha.ch
​www.aha.ch