Communiqué pour les médias, 8 février 2019

es pollens s’envolent maintenant sur le Plateau suisse: le noisetier fleurit. Tandis que sur le versant sud des Alpes, le printemps se fait déjà sentir depuis cinq semaines, les températures de janvier sur le versant nord ont exclu toute germination. aha! Centre d’Allergie Suisse conseille aux personnes souffrant d’allergie aux pollens de noisetier – après consultation avec un allergologue – de commencer à prendre leurs médicaments maintenant. 

Ce weekend, le noisetier sortira de son repos hivernal: un peu de soleil et les 10 degrés Celsius annoncés pousseront les chatons à s’allonger, jaunir et lâcher leur pollen dans l’air. Le pollen de noisetier s’envolera donc sur le Plateau nettement plus tard qu’en 2018. Regula Gehrig, biométéorologue de MétéoSuisse confirme: «L’année passée, la concentration en pollens de noisetier était déjà forte en janvier. Sur le versant nord des Alpes, et plus particulièrement dans le Tessin, cette saison fait partie des saisons avec une des plus fortes floraisons jamais enregistrées.»

Après une année 2018 où la floraison fût très importante, l’experte s’attend cette année à des concentrations de pollens moins élevées. «Toutefois, l’importance du vol des pollens de noisetier dépend de la météo actuelle.» Suite à l’augmentation des températures après de froides journées, il faut s’attendre rapidement à des concentrations modérées à hautes de pollens de noisetier pour toute la Suisse ainsi qu’au début de la floraison de l’aulne. Le tableau est totalement différent sur le versant sud: le noisetier a déjà fleuri début janvier, environ dix jours plus tôt que d’habitude. Le bouleau et le frêne suivent et fleuriront en mars et avril.

L’asthme menace si le rhume des foins n’est pas traitéQue peut-on déduire de ce début pour l’année pollinique à venir? L’experte en pollens précise: «Prévoir l’évolution de l’ensemble de la saison pollinique est pratiquement impossible. En effet, la floraison des différents types de plantes est à chaque fois influencée par la pluie et la température du moment.»

Une chose est certes valable dès maintenant et pour toute la saison: «Les personnes souffrant de rhume des foins devraient consulter un allergologue assez tôt afin de discuter de leur thérapie. L’allergologue prescrit généralement des antihistaminiques sous forme de gouttes, de comprimés ou de sprays», exhorte Sereina de Zordo, conseillère auprès d’aha! Centre d’Allergie Suisse. À long terme, l’idéal est de traiter l’origine du rhume des foins par une désensibilisation. Le corps est ainsi progressivement habitué à l’allergène, «ce qui réduit les symptômes de plus de 50 pour cent», complète Sereina de Zordo. Elle ajoute: «La plupart des gens ne savent pas qu’une allergie non traitée peut évoluer en asthme allergique».

Test: refroidissement ou rhume des foins? 
La personne qui éternue, mais qui ne sait pas avec certitude s’il s’agit d’un refroidissement ou d’un rhume allergique, peut le découvrir avec le test de rhume d’aha! Centre d’Allergie Suisse. Sereina de Zordo recommande aussi de faire clarifier un soupçon de rhume des foins par le médecin de famille ou un allergologue (La Société Suisse d'Allergologie et d'Immunologie SSAI peut donner des contacts). Un détail pratique: les résultats du test de rhume peuvent être imprimés au format PDF pour être apportés au médecin lors de la consultation. 

Données polliniques actuelles et pronostic avec aha! Centre d’Allergie Suisse

Contact
Bettina Jakob
Responsable Communication et médias
aha! Centre d’Allergie Suisse
Scheibenstrasse 20
3014 Berne
+41 31 359 90 45
bettina.jakob@aha.ch
​www.aha.ch