Communiqué pour les médias, 10 septembre 2019

Les personnes souffrant du rhume des foins peuvent enfin de nouveau respirer: la saison pollinique a pris fin. Même si selon MétéoSuisse quelques pics ont été mesurés, la charge pollinique dans son ensemble fut plutôt moyenne cette année. aha! Centre d’Allergie Suisse conseille aux personnes allergiques de se préparer maintenant déjà à l’année prochaine — avec une désensibilisation.

La saison pollinique 2019 fut marquée par divers pics et de fortes différences interrégionales: «La saison a commencé nettement plus tôt que la normale dans le Tessin avec le pollen de noisetiers, mais presque trois semaines plus tard, par contre, au nord des Alpes», résume Regula Gehrig, biométéorologue chez MétéoSuisse. Les pollens de graminées ont de plus atteint localement des concentrations jamais vues, tandis que les frênes n’ont produit que peu de pollens.

Un début très précoce de la saison pollinique
Le noisetier a fleuri extrêmement tôt dans le Tessin: des concentrations modérées furent mesurées dès le 30 décembre 2018, 14 jours avant la moyenne pour la période de comparaison de 25 ans. Selon Regula Gehrig, le fait que les pollens de noisetier ne se sont envolés qu’à la mi-février au nord des Alpes, donc presque trois semaines plus tard que d’habitude, serait dû aux basses températures antérieures. Les conseillères de l’aha!infoline de aha! Centre d’Allergie Suisse ont également constaté ce retard: le directeur d’aha! Centre d'Allergie Suisse, Dr Georg Schäppi confirme ainsi: «Ce n’est qu’à la mi-février que les personnes concernées nous ont demandé plus souvent des conseils. En mars, plus de 50 pour cent des appels concernaient le rhume des foins.» L’intensité de la saison des pollens de noisetier a également fortement différé selon les régions — de modérée à extrême: le pic de concentration journalier le plus élevé jamais mesuré fut enregistré à Viège, avec 607 pollens par mètre cube d’air. Par contre, le bouleau est resté plutôt discret, et ce dans toute la Suisse. Ce vol de pollen plutôt faible est dû au rythme de floraison bisannuel de l’arbre; l’année passée, sa floraison fut exceptionnellement forte.

Les graminées ont battu tous les records
Le tableau fut tout autre pour les graminées: leur pollen s’est envolé dès la mi-avril dans le Tessin, deux semaines plus tôt que la moyenne. Les belles températures ont également influencé leur concentration: MétéoSuisse a enregistré la saison des graminées la plus forte jusqu’à présent à Locarno. Les pollens de graminées ont également envahi l’air à d’autres endroits: Buchs, Lucerne, Münsterlingen et Zurich ont enregistré la deuxième à la quatrième concentration la plus élevée de pollens de graminées de ces dernières 25 années. «Le pic absolu a été mesuré à Buchs: 1885 pollens par mètre cube le 30 mai 2019», nous dit Regula Gehrig, «une valeur encore jamais vue depuis le début des mesures en 1985. En Suisse romande, à Bâle et à Viège, par contre, nous avons mesuré moins de jours avec vol pollinique important que d’habitude.»

La désensibilisation: c’est le moment!
Les personnes allergiques devraient profiter de la pause pollinique et commencer une désensibilisation. Au cours de cette immunothérapie, le corps est lentement habitué aux allergènes pour ne presque plus y réagir finalement. «Les symptômes du rhume des foins peuvent ainsi être réduits de 65 pour cent environ», nous apprend Dr Schäppi.

aha! Centre d’Allergie Suisse aide

  • Les conseillères de notre aha!infoline répondent à vos questions au numéro de téléphone: 031 359 90 50, du lundi au vendredi, 8 h 30–12 h.
  • Vous trouverez toutes les informations sur les vols polliniques sur www.pollenetallergie.ch.

Les bulletins climatologiques de MétéoSuisse (hiver, printemps, été) offrent des données détaillées sur les pollens.

 

Contact :
Petra Kollbrunner
Communication et médias
aha! Centre d’Allergie Suisse
Scheibenstrasse 20
3014 Berne
+41 31 359 90 46
petra.kollbrunner@aha.ch