Eczéma atopique

L’eczéma atopique (neurodermatite) est basé sur une prédisposition génétique et est une maladie inflammatoire chronique de la peau qui apparait par poussées. Les adultes sont presque toujours sans poussée. Dans 60% des cas, la maladie se déclare au cours de la première année, chez 85% elle apparait jusqu'à l’âge de 5 ans.

 

Origines et déclencheurs

Les origines de l’eczéma atopique sont multiples. En plus de la prédisposition génétique, la maladie est influencée par une réduction de la fonction barrière de la peau, des modifications de la réaction immunitaire et des facteurs environnementaux.

La carence en protéines importantes pour la fonction barrière (comme la filaggrine) dans la peau joue un rôle décisif dans le déclenchement de l’eczéma atopique. La production de ces protéines est réduite voire totalement absente en raison du défaut génétique et des réactions immunitaires complémentaires, ce qui perturbe la kératinisation naturelle et limite la fonction barrière de la peau. Les allergènes et les bactéries peuvent ainsi pénétrer plus facilement dans la peau, ce qui peut déclencher ou renforcer les réactions cutanées inflammatoires (eczémas).

80% des personnes souffrant d’eczéma atopique présentent des taux d’anticorps anti-IgE plus élevés contre les allergènes environnementaux dans le sang. Alors que chez les petits enfants, ce sont surtout les allergies alimentaires qui se trouvent à l’avant-plan, les enfants plus âgés, les adolescents et les adultes réagissent allergiquement aux pollens, aux animaux et aux acariens de la poussière domestique ainsi qu’aux déclencheurs microbiens comme les bactéries (staphylocoques) et les levures vivant sur la peau (malassezia).
 

Symptômes de l’eczéma atopique

Les personnes souffrant d’eczéma atopique ont une peau sèche et sensible, qui se desquame, souvent une vie durant.

Une crise d’eczéma entraine l’apparition d’éruptions eczémateuses supplémentaires (eczémas). Les parties touchées chez les nourrissons à partir de 3 mois environ sont la peau du crâne, les joues, les bras, les jambes et le tronc, la zone des langes n’est pratiquement jamais touchée. Les zones de peau rougies, qui se desquament, provoquent de fortes démangeaisons, suintent et forment finalement des croûtes, peuvent migrer d’un endroit du corps à un autre en une semaine.

Chez les écoliers et les adultes, ces modifications cutanées se situent généralement au niveau des plis du coude et des genoux, mais le visage, le cou et les poignets peuvent aussi être touchés.
 

Diagnostic et diagnostic différentiel

Le diagnostic est généralement posé sur la base des symptômes typiques: démangeaisons, rougeur et desquamation de la peau ainsi que zones suintantes formant une croûte ensuite. De plus, souvent, un des parents a une peau sensible, sèche. L’éruption réagit bien à une pommade à la cortisone.

Les diagnostics différentiels sont: l’ichtyose (fortes kératinisations sur tout le corps) et un psoriasis.
 

Thérapie et traitement

Pommade, pommade et re-pommade: la peau doit être graissée régulièrement. Une pommade spécifique contre l’eczéma atopique n’existe pas, mais il y bien a toute une série de produits appropriés et de produits non-appropriés. Souvent les patients découvrent eux-mêmes ce qui les aide le mieux. Après l’application, il faut bien faire pénétrer la pommade ou la crème en massant. Le massage pour bébés a fait ses preuves chez les nourrissons: il calme, élimine les squames sèches, stimule l’irrigation sanguine de la peau et graisse la peau.

Des crèmes, des onguents ou des pommades à la cortisone appliquées localement sont utilisées en cas de poussées d’eczéma atopique.

Une poussée d’eczéma atopique peut être provoquée par de nombreux facteurs. En plus des allergènes, le stress est un facteur important: stress dû à la croissance, à l'école ou au travail ainsi qu’à des tensions et des problèmes au sein de l'environnement social.

Les personnes avec eczéma atopique souffrent plus souvent d’une allergie que la moyenne de la population. Un test d'allergie devrait être effectué en cas de crises répétées ou lorsque les poussées ne guérissent pas malgré le traitement. Les médecins spécialistes réalisent généralement ces tests à partir de l’âge de 6 mois.
 

Trucs et astuces

  • Les possibilités de traitement sont multiples et différentes, les origines d’une poussée étant multiples c’est pourquoi il est utile d’en essayer plusieurs.
  • Les méthodes de la médecine complémentaire peuvent aider à soulager les symptômes d’une crise.
  • «Thérapie du week-end»: Appliquer de manière prophylactique la pommade à la cortisone prescrite une à deux fois par semaine, particulièrement en cas d’eczéma récurrent au niveau du visage.
  • Transpirer stimule les démangeaisons. Il est donc préférable de ne pas trop se couvrir la nuit et de porter des vêtements adaptés à la température pendant la journée.
     

Faits et chiffres

L’eczéma atopique n’est pas contagieux! De grands progrès ont été faits ces dernières années au niveau du diagnostic différentiel des «eczémas». On peut difficilement évaluer si le pourcentage des personnes atteintes d’eczéma atopique augmente ou pas, mais la maladie est plus souvent diagnostiquée qu’il y a quelques années. 15 à 30% des enfants et 2 à 10% des adultes souffrent d’eczéma atopique. 70% des enfants concernés n’ont plus de poussée une fois adolescents.
 

aha! Centre d'Allergie Suisse aide


Rédaction: aha! Centre d'Allergie Suisse en collaboration avec le Conseil scientifique.

 

aha!infoline 031 359 90 50
    • aha! Centre d'Allergie Suisse
      Scheibenstrasse 20
      3014 Berne
      031 359 90 00 | info@aha.ch
  • zewo

© aha! Dernière actualisation: 22.09.2014 Disclaimer Code de conduite Protection des données